• Panier vide
Remonter

Author: charlotte

Home / Articles posted by charlotte (Page 24)

[:fr]

1. PRESENTATION

pour écouter ce post 🙂

cliquez ici ==>> presentation-misterkfighting-kit-bycharlotte

Bonjour à toutes / tous,

Je suis Charlotte, j’ai 28 ans, je suis styliste chez Sézane, et je vis à Paris….

Mon histoire, elle est longue, vous la découvrirez au fur et a mesure ;), depuis septembre 2014, je suis en rémission.

Rémission de quoi ?

Mister K (cancer) des ovaires, ou plus précisément, d’une carcinose séreuse d’origine ovarienne : grade 1 – Stade : 3c, découverte le 4 avril 2013, charmant programme.

Aujourd’hui je décide de créer mon “Kit” à travers ce blog, pour partager mon experience et surtout mes astuces pratico – pratiques : “Mister K fighting Kit” pratico – pratique en somme 😉

MON K - CV PRESENTATION CHARLOTTE

  1. Histoire de mon K ou comment cela a commencé

La saga commence ainsi:

Depuis presque 2 ans je souffrais de maux de ventre aigus, qui ont commencé dans le bas ventre et ont migré vers tout l’intestin…

En aout 2011, j’entame mes 4 premières visites aux urgences en 10jours , entre aout et septembre 2011, je suis alors diagnostiquée: colopathie fonctionnelle * par le Doc Fidel Gastro (glamour et pas si fidèle ;)) qui me suivra par la suite (ce n’était pas franchement la meilleure idée que j’ai eue).

* en résumé la colopathie fonctionnelle c’est le terme utilisé pour les personnes souffrant de maux de ventre inexpliqués (bah oui fallait bien leur trouver un p’tit nom que personne ne comprend), c’est souvent lié au stress / anxiété / alimentation, ou pour moi “des problèmes de jeunes femmes”…

L’autre erreur c’est ma “Doc Gyneco”… Qui elle, n’a clairement jamais pris en considération mes sonnettes d’alarme, et qui elle aussi mettra mes douleurs sur le compte du stress, engendré par le milieu de la mode si anxiogène 😉 !

Juillet 2012, nouvelle visite aux urgences, nouveau diagnostic de colopathie fonctionnelle, mais tout de meme les urgentistes me sonnent les cloches en me disant de faire attention : “vous étiez à 2 doigts de l’occlusion”.

Le lendemain de cette nuit mouvementée, je fonce chez “Doc Gyneco” & “Doc Fidel Gastro”, qui sans s’être consultés, accordent leurs violons et me prescrivent Spasfon et Nurofen (l’ami des règles douloureuses) et surtout THE bouillotte qui deviendra ma meilleure copine dans les mois qui vont suivre ! Bien sûr malgré mon inquiétude aucun ne me fera passer d’examen plus approfondi (scan / echo ou autre).

Résultat, comme je leur fais toujours confiance (ce n’était quand même les 2 médecins spécialistes parmi “les plus reputes de Paris”), je m’exécute, je me « drogue » au cocktail Spasfon / Nurofen, mais évidemment j’ai toujours hyper mal !

Octobre 2012, Papa m’annonce qu’on vient de découvrir que Maman avait “1 tout petit cancer du sein”, badaboum, le vrai stress arrive, je veux être à 200% derrière ma Warrior de Mère, j’oublie les douleurs, c’est pas grave, pas le droit de me plaindre pour “si peu”, je dois être au top pour sponsoriser Maman, qui soit dit en passant à elle aussi un moral d’acier et une personnalité de fighting women ! (aujourd’hui elle est aussi en rémission depuis aout 2013).

Bon bah moi en vrai j’ai de plus en plus mal, mais je ne dis rien, je ne veux alarmer personne… Je ne peux plus fermer aucun pantalon, je passe mes soirées dans mon canap avec P. (mon merveilleux +1 :)) et ma super bouillotte qu’on a adoptée.

Je vois bien que P. s’inquiète, mais il respecte mon silence… En décembre, je vais quand même faire un petit coucou à “Doc Gyneco” pour lui reparler de mes douleurs, et l’informer du K de Maman (ce qui aurait pu lui mettre la puce à l’oreille…. mais non), je ressors avec ma pilule et ma bouillotte !

En février 2013, j’ai un ventre de femme enceinte de 4 mois, alors que je fais 1m76 pour 55kg.

En mars 2013, P. me bouscule, je dois reconsulter ! C’est pas normal d’avoir un si gros ventre avec ma morphologie, et surtout de souffrir autant. En plus, merde, Maman a remarqué. Elle décide de m’accompagner pour voir « Doc Fidel Gastro », il me trouve hyper stressée, pas de panique on double les doses, toujours pas d’exam en perspective… Là Maman gueule ! Du coup il me prescrit enfin une echo “abdo pelvienne” sous nos menaces. A l’écho on y voit une poche de liquide importante dans le “Cul de sac de Douglas” (je sais pas qui est Douglas, mais je ne le sens pas ), j’appelle « Doc Fidel Gastro » qui me dit que c’est lié à l’inflammation, c’est pas grave. Paniquée, j’appelle “Doc Gyneco”qui ne répond et ne rappellera jamais. Je rappelle donc Doc Gastro (il en a marre de m’avoir au tel), il m’envoie chez un confrère gynéco. Qui restera sur la colopathie fonctionnelle, mais lui au moins me fait faire une prise de sang. Mon CA 125* est à 129 (il doit être normalement inférieure à 35), je m’inquiète, il me dit que c’est lié à l’inflammation, si j’ai encore mal dans 15j je dois le rappeler….

* le CA 125 c’est un marqueur très fiable pour le cancer des ovaires, mais qui peut aussi être lié à une inflammation, quand on a, ou qu’on a eu un K des ovaires on devient un peu obsédé par l’évolution de ce marqueur, il doit être en dessous de <35

A ce moment là autant vous dire que je ne fais plus confiance à personne, je souffre le martyr mais je ne peux plus encadrer aucun Doc, je souffre, tant pis, j ai appris à vivre avec la douleur depuis bientôt 2 ans, je vole un antiinflammatoire hyper puissant à P., ça fera l’affaire !

Sauf que le 1er avril 2013, jour d’anniversaire de P., direction les urgences ! C’est pire que tout… On m’opérera d’urgence dans la nuit, d’une occlusion intestinale (très exactement : coelioscopie exploratrice convertie en laparotomie viscero enterolyse par laparotomie pour occlusion). Joyeux anniversaire P. ! Et le 4 avril on m’explique que j’ai donc un cancer grade 1 – Stade 3c qui a métastasé dans le péritoine, mon ventre est infesté de nodules, j’ai des projections jusqu’à la rate….

Ah bah ça pour etre stressée !

Ce sera donc là que l’histoire de mon K (pendant & après commencera)… a suivre donc (voir post 2 pour l’après découverte – comment cette page-là a commencé).

  1. Pourquoi écrire maintenant / objectifs

Trop occupée pendant 1 an et demi à me battre contre Mister K, ce n’était pas le moment de m’attaquer à d’autres occupations (probablement aussi un peu par superstition si je suis honnête).

La rémission ce n’est pas un terme très réjouissant, mais cela a le mérite d’être la marche vers la guérison. C’est avant tout une porte qui s’ouvre vers 1 nouvel horizon : l’avenir…

C’est justement pour ça que je me suis dit, go, c’est le moment de partager.

Idée assez ironique finalement , car pendant toute cette période et même aujourd’hui je me suis interdite d’aller regarder sur internet… Je savais que je n’y trouverais pas les bonnes ondes positives dont j’avais besoin pour m’armer de courage. Aujourd’hui pourtant c’est par ce biais que je décide de communiquer. Amusante comme contradiction …

“La vie est trop courte pour la passer à regretter tout ce qu’on n’a pas eu le courage de tenter”

Marie Claude Bussières – Tremblay-

Je m’explique donc, j’ai envie de donner du sens à tout ça, certain ont un tatouage, moi, j’ai une cicatrice de 33cm en ligne presque droite, verticale : de 16cm au dessus du nombril à 17cm en dessous. Du coup, même avec la plus grande imagination du monde, difficile de faire comme si rien ne s’était passé. C’est ma nouvelle marque de fabrique, et j’aimerais modestement partager cette expérience avec ceux qui vivent, ont vécu, ou s’interrogent sur ce qu’est la vie, pendant et après le K.

Je précise juste, que je n’ai pas l’ambition d’entrer dans vos têtes et me substituer à votre épreuve…. J’ai bien conscience que tous les cancers sont différents, uniques, singuliers, personnels et qu’on vit toutes et tous différemment cette guerre à sa manière….

Raconter mon histoire c’est juste donner ma version, mes astuces. Peut être donner une vague d’espoir, de sourires, et essayer à ma façon de dépoussiérer cette image, ce tabou que représente Mister K. En vivant cette “saga infernale” j’ai appris à me connaitre et je crois avoir tiré du plus profond de mon être, les plus belles ressources que j’ai en moi, je crois qu’il est important de transmettre cette force qui m’a animée…

Cette maladie aura été l’occasion de me recentrer sur mes essentiels, c’est la plus belle leçon d’humilité, de vie, d’amour, de rencontres et de révisions des priorités qu’on puisse connaitre.

Je travaille dans la mode (styliste), je vous rassure, je ne suis pas devenue mystique pour autant, j’aime toujours autant dépenser l’argent que je n’ai pas, en futilités ! Mais j’ai clairement révisé mes priorités !

Un fil invisible nous lie je crois, nous, les “ex malades” ou ceux en cours de traitement,. En un regard dans la rue, on sait dès qu’on croise quelqu’un qui vit , ou l’a vécu ce fichu K. Si on s’approche pour se parler, on s’apprivoise instantanément.

On se sent souvent si seul pendant et même après, qu’on estime ne pouvoir en parler qu’entre nous, nous les initiés du K. Ce n’est d’ailleurs pas hyper juste, pour notre entourage qui nous accompagne sans relâche, mais c’est une réalité. Du coup à travers ces mots j’espère aussi pouvoir m’adresser à eux, eux nos supporters au premier rang, m’adresser à eux, pour qu’ils trouvent la brèche pour s’introduire, comprendre cet univers “à part”…

C’est peut être en en riant, et en allégeant l’image de tout ce que ces traitements représentent, qu’on ouvrirait la porte à ceux qui ont besoin de force pour comprendre, apprivoiser et mieux aider la personne qu’ils aiment qui doit se battre comme une bête !

  1. Mon idée

Mon idée: faire un blog / journal / Kit / astuces du pendant & après le K.

Relayer mes astuces pratico – pratiques (je reprécise que je n’ai pas l’ambition d’entrer dans vos têtes et me substituer à votre épreuve). A travers des illustrations / photos / textes, transmettre un max d’ondes positives pour affronter tout ça. Partager mon expérience, apprivoiser l’avenir, partager ce qui m’émeut et me donne le sourire, suivre la route de l’après…

Suivez le guide ! Suivez mon Kit ! Faites moi confiance, la RESILIENCE est le mot clé, j’ai beaucoup pleuré. J’ai eu très très peur, très très souvent, encore parfois maintenant. Bah oui, on va pas se mentir, on a pas vraiment envie que Mister K repointe le bout de son nez, et pour pas oublier on a de bonnes piqures de rappel:

1)   dès qu’on a mal quelque part on pense récidive , ou nouveau K… on appelle illico son oncologue, on se stresse et on contamine notre entourage,

2)   pour moi le programme c’est un suivi très régulier pendant 10 ans, oncologue / imageries / prise de sang:

–       tous les 3 mois pendant 2 ans depuis septembre 2014

–       après ces 2 ans , pendant 3 ans tous les 6 mois

–       puis pendant 5 ans tous les ans.

Mais n’oublions surtout pas le plus important à retenir, tout ce qu’on tire de beau / bon dans cette “aventure”. J’ai aussi ri, aimé, et j’ai toujours essayé de voir le bon coté des choses pour garder ma force intacte ! Appuyée de très près par une team de choc qui a été mon premier boosteur. Je me suis battue pour eux aussi: mon incroyable pilier P., mes merveilleux parents, mes incroyables amis “boys band” / amies “girls team”, et ma rencontre “bonne étoile” professionnelle…

  1. Conclusion

Ce : Mister K fighting Kit va je l’espère aider ceux qui le veulent, et personnellement m’aider à me reconstruire.

 “Et si on essayait d’étre heureux, ne serait ce que pour donner l’exemple”

Prévert-

Pendant la “guerre” du K c’était franchement costaud, mais bizarrement l’après ce n’est pas une mince affaire non plus… J’ai toujours mes démons, mon amie: A. (qui m’a accompagnée à presque toutes mes chimios <3),  m’a récemment transféré un lien du Huffington Post, j’ai compris qu’à travers ces lignes elle lisait en moi; Marie Semidei résumait exactement ma vision de l’après, et elle l’explique mieux que moi 😉 à lire aussi donc…

6 . Spéciales dédicaces & immenses MERCI (même si merci n’est rien à l’échelle de tout ce qui c’est passé) à:

 les persos:

–       mes merveilleux parents: Papa & Maman <3

–       P. évidemment, mon extraordinaire + 1 🙂 <3

–       Mes amies, la girls team de choc : A., PP, M, C, V, Z., & co

–       Mes amis, le boys band: C., A., N. & co

–       Les parents / soeurs : famille de P.

–       Morgane & Corentin : qui m’ont attendu et fait confiance 🙂

–       David : le Coach boosteur de ma tête qui me suit depuis 2011, mon super confident / conseils

–       Vero, qui libère mes énergies depuis l’hôpital et qui a rendu ces moments difficiles plus doux

–       Wonder Ilona (qui a vécu le K en même tps que Maman & moi) aussi forte que nous.

 La team de médecins / infirmiers & co grâce à qui je peux écrire ces lignes aujourd’hui:

–       mon oncologue “Doc L.” si prévenant, patient et disponible

–       mon chirurgien “Dr P.” grâce à qui on a découvert mon K en avril 2013 après mon occlusion

–       mon chirurgien “Prof L & toute sa super team” qui m’ont sauvé

–       mon merveilleux chirurgien des oeufs “Prof M”, grâce à qui je pourrais peut etre réaliser mon rêve d’être mère , avec ma propre équipe d’ovocytes (par GPA of course * 😉 )

–       “Prof B” qui m’a libéré de l’enfer de la poche

–       ma super équipe d’infirmiers à domicile : Emilie & Francisco qui ont réussit à me faire garder le sourire malgré tout

–       toutes les infirmières en oncologie

–       tous les internes, les infirmières & aides soignantes du service gyneco de l’HEGP qui m’ont tant soutenu et accompagné pendant le pire mois de ma maladie (Octobre / Novembre 2013).

* Sujet GPA: tous commentaires / débats à ce sujet POUR comme CONTRE, merci de vous abstenir, je ne fais pas un blog de débats/ d’opinions, je rappelle que cette partie est mon histoire personnelle/ ma liberté. Merci d’en tenir compte :).

Les pros / amis qui m’ont aidé:

–       Le talentueux Mr Pierre (grâce à qui le blog a pu prendre forme), sans lui , très clairement je serais encore en train de m’arracher les cheveux sur les tutos ! Immense Merci à Pierre pour tout le temps que tu as pris et l’énergie hyper positive que tu as déployé pour m’accompagner dans cette mise en place.

–       Laeticia: la talentueuse LL, (grâce à qui le logo sera si joli – en cours de création 😉), j’ai une confiance aveugle en ses gouts, j’admire beaucoup son talent & son coup de crayon ! Merci mille fois LL (pour ta patience et d’avoir pris le temps , je sais que ton temps est très précieux… )

Le plus touchant, est que vous 2, comme tous ceux qui me conseillent, n’ont pas sourcillé une seconde quand je les ai sollicité pour ce projet et ça je peux vous dire que c’est un merveilleux boosteur !!

 Merci à tous de m’avoir écouté & soutenu dans ce beau projet, mais surtout de m’avoir tant accompagné dans ce long combat, c’est aussi grâce à vous tous que je peux écrire ces lignes aujourd’hui 🙂 <3

Charlotte: Mister K fighting Guide 🙂

P.S: pour suivre toutes mes astuces & mes posts par mail, abonnez vous tout tout en bas du blog // ou sur ma page facebook

LOGO MISTER K FIGHTING KIT

[:en]

1. ABOUT

POST1-Iempty-mybag

Hello Everybody,

My name is Charlotte, a 28 year old designer living in Paris….

My Story, is long, you’ll discover it little by little, since September 2014, I am in remission.

 Remission of what?

[:fr]

1. PRESENTATION
pour écouter ce post :) cliquez ici ==>> presentation-misterkfighting-kit-bycharlotte
Bonjour à toutes / tous, Je suis Charlotte, j'ai 28 ans, je suis styliste chez Sézane, et je vis à Paris....

Mon histoire, elle est longue, vous la découvrirez au fur et a mesure ;), depuis septembre 2014, je suis en rémission.

Rémission de quoi ?

Mister K (cancer) des ovaires, ou plus précisément, d’une carcinose séreuse d’origine ovarienne : grade 1 – Stade : 3c, découverte le 4 avril 2013, charmant programme.

Aujourd’hui je décide de créer mon “Kit” à travers ce blog, pour partager mon experience et surtout mes astuces pratico – pratiques : “Mister K fighting Kit” pratico – pratique en somme ;)

MON K - CV PRESENTATION CHARLOTTE

  1. Histoire de mon K ou comment cela a commencé

La saga commence ainsi:

Depuis presque 2 ans je souffrais de maux de ventre aigus, qui ont commencé dans le bas ventre et ont migré vers tout l’intestin…

En aout 2011, j’entame mes 4 premières visites aux urgences en 10jours , entre aout et septembre 2011, je suis alors diagnostiquée: colopathie fonctionnelle * par le Doc Fidel Gastro (glamour et pas si fidèle ;)) qui me suivra par la suite (ce n’était pas franchement la meilleure idée que j’ai eue).

* en résumé la colopathie fonctionnelle c’est le terme utilisé pour les personnes souffrant de maux de ventre inexpliqués (bah oui fallait bien leur trouver un p’tit nom que personne ne comprend), c’est souvent lié au stress / anxiété / alimentation, ou pour moi “des problèmes de jeunes femmes”…

L’autre erreur c’est ma “Doc Gyneco”… Qui elle, n’a clairement jamais pris en considération mes sonnettes d’alarme, et qui elle aussi mettra mes douleurs sur le compte du stress, engendré par le milieu de la mode si anxiogène ;) !

Juillet 2012, nouvelle visite aux urgences, nouveau diagnostic de colopathie fonctionnelle, mais tout de meme les urgentistes me sonnent les cloches en me disant de faire attention : “vous étiez à 2 doigts de l’occlusion”.

Le lendemain de cette nuit mouvementée, je fonce chez “Doc Gyneco” & “Doc Fidel Gastro”, qui sans s’être consultés, accordent leurs violons et me prescrivent Spasfon et Nurofen (l’ami des règles douloureuses) et surtout THE bouillotte qui deviendra ma meilleure copine dans les mois qui vont suivre ! Bien sûr malgré mon inquiétude aucun ne me fera passer d’examen plus approfondi (scan / echo ou autre).

Résultat, comme je leur fais toujours confiance (ce n’était quand même les 2 médecins spécialistes parmi “les plus reputes de Paris”), je m’exécute, je me "drogue" au cocktail Spasfon / Nurofen, mais évidemment j’ai toujours hyper mal !

Octobre 2012, Papa m’annonce qu’on vient de découvrir que Maman avait “1 tout petit cancer du sein”, badaboum, le vrai stress arrive, je veux être à 200% derrière ma Warrior de Mère, j’oublie les douleurs, c’est pas grave, pas le droit de me plaindre pour “si peu”, je dois être au top pour sponsoriser Maman, qui soit dit en passant à elle aussi un moral d’acier et une personnalité de fighting women ! (aujourd’hui elle est aussi en rémission depuis aout 2013).

Bon bah moi en vrai j’ai de plus en plus mal, mais je ne dis rien, je ne veux alarmer personne… Je ne peux plus fermer aucun pantalon, je passe mes soirées dans mon canap avec P. (mon merveilleux +1 :)) et ma super bouillotte qu’on a adoptée.

Je vois bien que P. s’inquiète, mais il respecte mon silence… En décembre, je vais quand même faire un petit coucou à “Doc Gyneco” pour lui reparler de mes douleurs, et l’informer du K de Maman (ce qui aurait pu lui mettre la puce à l’oreille…. mais non), je ressors avec ma pilule et ma bouillotte !

En février 2013, j’ai un ventre de femme enceinte de 4 mois, alors que je fais 1m76 pour 55kg.

En mars 2013, P. me bouscule, je dois reconsulter ! C’est pas normal d’avoir un si gros ventre avec ma morphologie, et surtout de souffrir autant. En plus, merde, Maman a remarqué. Elle décide de m’accompagner pour voir "Doc Fidel Gastro", il me trouve hyper stressée, pas de panique on double les doses, toujours pas d’exam en perspective… Là Maman gueule ! Du coup il me prescrit enfin une echo “abdo pelvienne” sous nos menaces. A l’écho on y voit une poche de liquide importante dans le “Cul de sac de Douglas” (je sais pas qui est Douglas, mais je ne le sens pas ), j’appelle "Doc Fidel Gastro" qui me dit que c’est lié à l’inflammation, c’est pas grave. Paniquée, j’appelle “Doc Gyneco”qui ne répond et ne rappellera jamais. Je rappelle donc Doc Gastro (il en a marre de m’avoir au tel), il m’envoie chez un confrère gynéco. Qui restera sur la colopathie fonctionnelle, mais lui au moins me fait faire une prise de sang. Mon CA 125* est à 129 (il doit être normalement inférieure à 35), je m’inquiète, il me dit que c’est lié à l’inflammation, si j’ai encore mal dans 15j je dois le rappeler….

* le CA 125 c’est un marqueur très fiable pour le cancer des ovaires, mais qui peut aussi être lié à une inflammation, quand on a, ou qu’on a eu un K des ovaires on devient un peu obsédé par l’évolution de ce marqueur, il doit être en dessous de <35

A ce moment là autant vous dire que je ne fais plus confiance à personne, je souffre le martyr mais je ne peux plus encadrer aucun Doc, je souffre, tant pis, j ai appris à vivre avec la douleur depuis bientôt 2 ans, je vole un antiinflammatoire hyper puissant à P., ça fera l’affaire !

Sauf que le 1er avril 2013, jour d’anniversaire de P., direction les urgences ! C’est pire que tout… On m’opérera d’urgence dans la nuit, d’une occlusion intestinale (très exactement : coelioscopie exploratrice convertie en laparotomie viscero enterolyse par laparotomie pour occlusion). Joyeux anniversaire P. ! Et le 4 avril on m’explique que j’ai donc un cancer grade 1 – Stade 3c qui a métastasé dans le péritoine, mon ventre est infesté de nodules, j’ai des projections jusqu’à la rate....

Ah bah ça pour etre stressée !

Ce sera donc là que l’histoire de mon K (pendant & après commencera)… a suivre donc (voir post 2 pour l’après découverte – comment cette page-là a commencé).

  1. Pourquoi écrire maintenant / objectifs

Trop occupée pendant 1 an et demi à me battre contre Mister K, ce n’était pas le moment de m’attaquer à d’autres occupations (probablement aussi un peu par superstition si je suis honnête).

La rémission ce n’est pas un terme très réjouissant, mais cela a le mérite d’être la marche vers la guérison. C’est avant tout une porte qui s’ouvre vers 1 nouvel horizon : l’avenir…

C’est justement pour ça que je me suis dit, go, c’est le moment de partager.

Idée assez ironique finalement , car pendant toute cette période et même aujourd’hui je me suis interdite d’aller regarder sur internet… Je savais que je n’y trouverais pas les bonnes ondes positives dont j’avais besoin pour m’armer de courage. Aujourd’hui pourtant c’est par ce biais que je décide de communiquer. Amusante comme contradiction …

“La vie est trop courte pour la passer à regretter tout ce qu’on n’a pas eu le courage de tenter”

-Marie Claude Bussières – Tremblay-

Je m’explique donc, j’ai envie de donner du sens à tout ça, certain ont un tatouage, moi, j’ai une cicatrice de 33cm en ligne presque droite, verticale : de 16cm au dessus du nombril à 17cm en dessous. Du coup, même avec la plus grande imagination du monde, difficile de faire comme si rien ne s’était passé. C’est ma nouvelle marque de fabrique, et j’aimerais modestement partager cette expérience avec ceux qui vivent, ont vécu, ou s’interrogent sur ce qu’est la vie, pendant et après le K.

Je précise juste, que je n’ai pas l’ambition d’entrer dans vos têtes et me substituer à votre épreuve.... J’ai bien conscience que tous les cancers sont différents, uniques, singuliers, personnels et qu’on vit toutes et tous différemment cette guerre à sa manière....

Raconter mon histoire c’est juste donner ma version, mes astuces. Peut être donner une vague d’espoir, de sourires, et essayer à ma façon de dépoussiérer cette image, ce tabou que représente Mister K. En vivant cette “saga infernale” j’ai appris à me connaitre et je crois avoir tiré du plus profond de mon être, les plus belles ressources que j’ai en moi, je crois qu’il est important de transmettre cette force qui m’a animée…

Cette maladie aura été l’occasion de me recentrer sur mes essentiels, c’est la plus belle leçon d’humilité, de vie, d’amour, de rencontres et de révisions des priorités qu’on puisse connaitre.

Je travaille dans la mode (styliste), je vous rassure, je ne suis pas devenue mystique pour autant, j’aime toujours autant dépenser l’argent que je n’ai pas, en futilités ! Mais j’ai clairement révisé mes priorités !

Un fil invisible nous lie je crois, nous, les “ex malades” ou ceux en cours de traitement,. En un regard dans la rue, on sait dès qu’on croise quelqu’un qui vit , ou l’a vécu ce fichu K. Si on s’approche pour se parler, on s’apprivoise instantanément.

On se sent souvent si seul pendant et même après, qu’on estime ne pouvoir en parler qu’entre nous, nous les initiés du K. Ce n'est d'ailleurs pas hyper juste, pour notre entourage qui nous accompagne sans relâche, mais c’est une réalité. Du coup à travers ces mots j’espère aussi pouvoir m’adresser à eux, eux nos supporters au premier rang, m’adresser à eux, pour qu’ils trouvent la brèche pour s’introduire, comprendre cet univers “à part”…

C’est peut être en en riant, et en allégeant l’image de tout ce que ces traitements représentent, qu’on ouvrirait la porte à ceux qui ont besoin de force pour comprendre, apprivoiser et mieux aider la personne qu’ils aiment qui doit se battre comme une bête !

  1. Mon idée

Mon idée: faire un blog / journal / Kit / astuces du pendant & après le K.

Relayer mes astuces pratico – pratiques (je reprécise que je n’ai pas l’ambition d’entrer dans vos têtes et me substituer à votre épreuve). A travers des illustrations / photos / textes, transmettre un max d’ondes positives pour affronter tout ça. Partager mon expérience, apprivoiser l’avenir, partager ce qui m’émeut et me donne le sourire, suivre la route de l’après…

Suivez le guide ! Suivez mon Kit ! Faites moi confiance, la RESILIENCE est le mot clé, j’ai beaucoup pleuré. J’ai eu très très peur, très très souvent, encore parfois maintenant. Bah oui, on va pas se mentir, on a pas vraiment envie que Mister K repointe le bout de son nez, et pour pas oublier on a de bonnes piqures de rappel:

1)   dès qu’on a mal quelque part on pense récidive , ou nouveau K… on appelle illico son oncologue, on se stresse et on contamine notre entourage,

2)   pour moi le programme c’est un suivi très régulier pendant 10 ans, oncologue / imageries / prise de sang:

-       tous les 3 mois pendant 2 ans depuis septembre 2014

-       après ces 2 ans , pendant 3 ans tous les 6 mois

-       puis pendant 5 ans tous les ans.

Mais n’oublions surtout pas le plus important à retenir, tout ce qu’on tire de beau / bon dans cette “aventure”. J’ai aussi ri, aimé, et j’ai toujours essayé de voir le bon coté des choses pour garder ma force intacte ! Appuyée de très près par une team de choc qui a été mon premier boosteur. Je me suis battue pour eux aussi: mon incroyable pilier P., mes merveilleux parents, mes incroyables amis “boys band” / amies “girls team”, et ma rencontre “bonne étoile” professionnelle…

  1. Conclusion

Ce : Mister K fighting Kit va je l'espère aider ceux qui le veulent, et personnellement m’aider à me reconstruire.

 “Et si on essayait d’étre heureux, ne serait ce que pour donner l’exemple”

-Prévert-

Pendant la “guerre” du K c’était franchement costaud, mais bizarrement l’après ce n’est pas une mince affaire non plus… J’ai toujours mes démons, mon amie: A. (qui m'a accompagnée à presque toutes mes chimios <3),  m’a récemment transféré un lien du Huffington Post, j’ai compris qu’à travers ces lignes elle lisait en moi; Marie Semidei résumait exactement ma vision de l’après, et elle l’explique mieux que moi ;) à lire aussi donc...

6 . Spéciales dédicaces & immenses MERCI (même si merci n'est rien à l'échelle de tout ce qui c'est passé) à:

 les persos:

-       mes merveilleux parents: Papa & Maman <3

-       P. évidemment, mon extraordinaire + 1 :) <3

-       Mes amies, la girls team de choc : A., PP, M, C, V, Z., & co

-       Mes amis, le boys band: C., A., N. & co

-       Les parents / soeurs : famille de P.

-       Morgane & Corentin : qui m’ont attendu et fait confiance :)

-       David : le Coach boosteur de ma tête qui me suit depuis 2011, mon super confident / conseils

-       Vero, qui libère mes énergies depuis l’hôpital et qui a rendu ces moments difficiles plus doux

-       Wonder Ilona (qui a vécu le K en même tps que Maman & moi) aussi forte que nous.

 La team de médecins / infirmiers & co grâce à qui je peux écrire ces lignes aujourd’hui:

-       mon oncologue “Doc L.” si prévenant, patient et disponible

-       mon chirurgien “Dr P.” grâce à qui on a découvert mon K en avril 2013 après mon occlusion

-       mon chirurgien “Prof L & toute sa super team” qui m’ont sauvé

-       mon merveilleux chirurgien des oeufs “Prof M”, grâce à qui je pourrais peut etre réaliser mon rêve d’être mère , avec ma propre équipe d'ovocytes (par GPA of course * ;) )

-       “Prof B” qui m’a libéré de l’enfer de la poche

-       ma super équipe d’infirmiers à domicile : Emilie & Francisco qui ont réussit à me faire garder le sourire malgré tout

-       toutes les infirmières en oncologie

-       tous les internes, les infirmières & aides soignantes du service gyneco de l’HEGP qui m’ont tant soutenu et accompagné pendant le pire mois de ma maladie (Octobre / Novembre 2013).

* Sujet GPA: tous commentaires / débats à ce sujet POUR comme CONTRE, merci de vous abstenir, je ne fais pas un blog de débats/ d'opinions, je rappelle que cette partie est mon histoire personnelle/ ma liberté. Merci d'en tenir compte :).

Les pros / amis qui m’ont aidé:

-       Le talentueux Mr Pierre (grâce à qui le blog a pu prendre forme), sans lui , très clairement je serais encore en train de m’arracher les cheveux sur les tutos ! Immense Merci à Pierre pour tout le temps que tu as pris et l’énergie hyper positive que tu as déployé pour m’accompagner dans cette mise en place.

-       Laeticia: la talentueuse LL, (grâce à qui le logo sera si joli - en cours de création ;)), j’ai une confiance aveugle en ses gouts, j’admire beaucoup son talent & son coup de crayon ! Merci mille fois LL (pour ta patience et d’avoir pris le temps , je sais que ton temps est très précieux… )

Le plus touchant, est que vous 2, comme tous ceux qui me conseillent, n’ont pas sourcillé une seconde quand je les ai sollicité pour ce projet et ça je peux vous dire que c’est un merveilleux boosteur !!

 Merci à tous de m’avoir écouté & soutenu dans ce beau projet, mais surtout de m'avoir tant accompagné dans ce long combat, c'est aussi grâce à vous tous que je peux écrire ces lignes aujourd'hui :) <3

Charlotte: Mister K fighting Guide :)

P.S: pour suivre toutes mes astuces & mes posts par mail, abonnez vous tout tout en bas du blog // ou sur ma page facebook

LOGO MISTER K FIGHTING KIT

[:en]

1. ABOUT

POST1-Iempty-mybag

Hello Everybody,

My name is Charlotte, a 28 year old designer living in Paris....

My Story, is long, you’ll discover it little by little, since September 2014, I am in remission.

 Remission of what?